TORONTO –L’indice canadien du camionnage de TransCore Link Logistics est demeuré relativement stable en novembre quant à la disponibilité de camions et de cargaisons à transporter. Une légère baisse a tout de même été observée, en raison de plusieurs congés et du manque de chauffeurs disponibles. Le nombre de cargaisons disponibles a bondi de façon remarquée peu avant le Vendredi fou, avant de chuter brutalement à l’aube de cette vague de magasinage annuelle, la plupart des cargaisons de dernière minute ayant trouvé preneur.

Novembre s’est toutefois terminé sur une note positive du côté des cargaisons à transporter, l’approche des Fêtes ayant pu provoquer un rebond dans le transport. De façon plus importante, la conclusion de discussions économiques clés et d’un nouvel accord de libre-échange nord-américain pourrait contribuer à insuffler un sentiment de confiance et de sécurité au marché.

Sur une base mensuelle, le volume des cargaisons transigées en novembre a régressé de 4% par rapport à octobre, ce déclin étant de 31% sur une base annuelle. La fin d’année impressionnante de l’an dernier a porté ombrage à celle, plus modeste, de 2018.

Les cargaisons intra-canadiennes ont compté pour 33% des volumes totaux, en baisse de 15% sur une base annuelle.

Les affichages de cargaisons transfrontalières ont représenté 65% de toutes les données soumises par les utilisateurs de Loadlink.

Les activités de transport transfrontalières observées sur Loadlink ont en effet joué un rôle marquant, générées en grande partie par l’Action de grâce américaine.

  • Les cargaisons en partance du Canada à destination des États-Unis ont décliné de 41% sur une base annuelle, et
  • Les cargaisons entrant au Canada ont également fléchi de 31% sur une base annuelle.

Utilisation de l’équipement

Le matériel roulant a été sollicité avec une belle vigueur en novembre, même si une baisse a été notée par rapport aux volumes d’octobre. Les affichages de matériel roulant ont décru de 5% par rapport à octobre 2018 mais étaient à la hausse de 38% par rapport à novembre 2017.

Ratio camions par cargaison

Sur une base mensuelle, le ratio moyen de camions par cargaison est demeuré pratiquement inchangé. Ce taux a été de 3,20 en novembre, comparativement à 3,22 en octobre. Sur une base annuelle, le ratio moyen a bondi de 99% lorsqu’on le compare au taux de 1,61 de novembre 2017.

freight_index_fre.pngfreight_index_maps_and_pie_fre.png

À propos des indices TransCore

Les tarifs de charges complètes par région peuvent être connus grâce à l’outil Rate Index de TransCore, tout comme les données historiques et en temps réel des volumes totaux de camions et de cargaisons, sans oublier les ratios de régions spécifiques, auxquels on peut accéder via le Posting Index de TransCore.

L’indice de fret canadien de TransCore mesure de façon précise les tendances en matière de transport de fret par camion. Les composantes de l’indice de fret sont recueillies auprès d’environ 5 600 entreprises de camionnage et courtiers en transport du Canada. Ces données incluent toutes celles soumises par les clients de Loadlink en ce qui a trait aux cargaisons domestiques, transfrontalières et inter-états.

À propos de TransCore Link Logistics

Recherchant un meilleur moyen de jumeler les charges de fret disponibles avec les camions, TransCore Link Logistics a créé en 1990 Loadlink, un plateau de cargaisons reliant courtiers, transporteurs, propriétaires-exploitants et flottes privées du Canada à une base de données en temps réel de 15 millions de cargaisons, d’expéditions et de camions, soit la plus importante du secteur. L’indice de fret canadien définit désormais le mouvement du fret sur le marché. La société fournit également à ses clients des solutions de répartition, les manifestes d’ACE/ACI , l’indice d’affichage, des solutions de crédit, de l’affacturage, des plateaux d’emplois de transport en ligne, un logiciel de kilométrage et plus encore.

Vous trouverez plus d'informations sur TransCore Link Logistics sur le site www.transcore.ca, @loadlink sur Twitter, sur YouTube, sur LinkedIn et sur Facebook.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.